C’est quoi l’hypersensibilité aux ondes électromagnétique ?

L’Agence ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation) a publié le 27/03/2018 les résultats de son expertise sur l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. Ce travail s’est appuyé sur l’ensemble de la littérature scientifique disponible, ainsi que sur de nombreuses auditions avec les médecins hospitaliers et généralistes, les chercheurs, les associations et les personnes concernées. L’expertise a révélé la grande complexité de la question de l’électrohypersensibilité (EHS), tout en concluant que, dans l’état actuel des connaissances, il n’existe aucune preuve expérimentale solide établissant un lien de causalité entre l’exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits par les personnes se déclarant électrohypersensibles. L’Agence a également souligné que la souffrance et la douleur exprimées par les personnes se déclarant électrohypersensibles sont une réalité de la vie, qui les oblige à adapter leur vie quotidienne pour y faire face. Dans ce contexte, l’Agence recommande d’apporter des soins appropriés aux personnes concernées et de poursuivre les travaux de recherche, notamment en mettant en place des études dont les conditions expérimentales tiennent compte de la situation des personnes se déclarant ESS.

Les ondes électromagnétiques de radiofréquence sont depuis plusieurs années une préoccupation majeure pour la santé, l’environnement et la société, en France et à l’étranger. Malgré les mesures prises pour réguler et surveiller les niveaux d’exposition aux champs électromagnétiques, la littérature scientifique rapporte régulièrement depuis plusieurs décennies des cas de personnes souffrant de divers troubles attribués à l’exposition aux champs émis par les appareils ménagers, les installations électriques et les appareils communicants.

Dans ce contexte, l’ANSES a publié plusieurs avis et rapports collectifs d’expertise, notamment en 2003, 2005, 2009, 2013 et, plus récemment, en 2016, sur les risques potentiels pour la santé de l’exposition aux ondes radiofréquences. Elle a également souhaité accorder l’attention voulue à la question de l’hypersensibilité électromagnétique (EHS), en consacrant à ce sujet une expertise spécifique et approfondie.

Cette expertise, dont les résultats sont publiés aujourd’hui, s’est appuyée sur une analyse de la littérature scientifique et sur de nombreuses auditions (hospitaliers, médecins généralistes, chercheurs, associations et personnes concernées). Elle a également été complétée par des données basées sur plus de 500 commentaires supplémentaires de scientifiques et de parties prenantes, dans le cadre de la consultation publique ouverte qui s’est déroulée du 27 juillet au 15 octobre 2016, et qui était basée sur un rapport préliminaire d’expertise.

Conclusions et recommandations de l’Agence

L’expertise de l’Agence a montré la grande complexité de la question de l’électrohypersensibilité. Tout d’abord, il n’existe actuellement aucun critère de diagnostic validé pour l’ESS, et l’expertise a constaté qu’il n’est possible de définir l’ESS que sur la base d’auto-évaluation par les individus.

L’Agence a également conclu que la douleur et la souffrance (maux de tête, troubles du sommeil, de l’attention et de la mémoire, isolement social, etc.) exprimées par les personnes se déclarant électrohypersensibles sont une réalité de la vie, les obligeant à adapter leur vie quotidienne pour y faire face.

Les 40 experts, qui ont travaillé à cette expertise pendant près de quatre ans, ont étudié de nombreuses hypothèses afin de tenter de comprendre ces symptômes. Cependant, les connaissances scientifiques actuelles ne montrent aucune relation de cause à effet entre les symptômes des personnes se déclarant électrohypersensibles et leur exposition aux ondes électromagnétiques. Néanmoins, ces symptômes, qui peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie de ces personnes, nécessitent et justifient des soins appropriés de la part des acteurs de la santé et des services sociaux.

A cette fin, l’Agence ANSES recommande de demander à l’Autorité Nationale de la Santé d’examiner la pertinence de formuler des recommandations à l’attention des professionnels de santé pour assurer une prise en charge adaptée des personnes se déclarant électrohypersensibles. L’Agence recommande également de développer la formation des professionnels de la santé sur la question de l’électrohypersensibilité et la formation des professionnels des services sociaux pour soutenir et conseiller les personnes se déclarant électrohypersensibles, ainsi que pour tenir compte de leurs questions et attentes dans leurs pratiques et favoriser une meilleure coordination entre les acteurs impliqués dans leurs soins.

L’Agence recommande également de poursuivre la recherche :

en renforçant les interactions entre les scientifiques et les associations de personnes se déclarant électrohypersensibles ;
en soutenant la mise en place d’infrastructures de recherche adaptées à l’étude de l’ESS, principalement pour mener des études de suivi à long terme, tout en veillant à ce que les conditions expérimentales soient contrôlées et prennent en compte la situation des personnes se déclarant électrohypersensibles ;
en assurant le financement à long terme des travaux de recherche sur les effets des radiofréquences sur la santé.