La reconstruction mammaire au secours des femmes mutilées

Aujourd’hui, les experts estiment qu’une femme sur huit aura un cancer du sein. Si la maladie est de moins en moins mortelle, environ 90 % des femmes guérissent, elle laisse encore et toujours des femmes meurtries dans leur chair. En effet, dans la majorité des cas, pour vivre, elles doivent subir une ablation complète ou partielle d’un sein. La reconstitution mammaire aide alors certaines de ces femmes à se reconstruire physiquement et psychologiquement. Focus sur cette chirurgie réparatrice.

Pourquoi choisir la reconstruction mammaire ?

Après une tumorectomie, peu de femmes ont recours à une chirurgie réparatrice, car la majeure partie du sein est conservée. Mais, après une mastectomie, les choses sont bien différentes. Privées d’un sein complet, ou parfois des deux, un nombre important de femmes ont recours à une reconstruction mammaire. 

Voici les motivations principales de leur choix :

  • désir de combler la perte du ou des sein(s) ;
  • souhait d’éviter une prothèse externe ;
  • envie de se sentir désirable ;
  • volonté d’oublier le cancer.

Quelles sont les techniques de reconstruction mammaire après une chirurgie du sein ?

En chirurgie réparatrice, les spécialistes ont principalement recours à deux techniques : la reconstruction par prothèse interne et la reconstruction par lambeaux. Le choix de la technique ne repose pas uniquement sur des critères esthétiques ou le goût de la patiente. 

En effet, comme pour de nombreuses chirurgies, le choix doit prendre en considération de nombreux facteurs médicaux comme :

  • l’étendue de la mastectomie ;
  • les traitements anticancers suivis ;
  • la qualité des tissus de la peau ;
  • l’état de santé global de la patiente ;
  • le volume du sein à compenser ;
  • la lingerie habituellement portée.

Quand a lieu la reconstruction mammaire ?

Suivant la taille et le type de tumeur, la reconstruction mammaire peut être immédiate ou différée. Des aspects pratiques et psychologiques sont également à prendre en considération.

La reconstruction immédiate est généralement proposée pour les cancers non invasifs. Elle a l’avantage de ne pas nécessiter de deuxième opération. Mais, vous devez faire appel à un chirurgien qui possède la double compétence. De plus, l’acceptation du nouveau sein est parfois difficile sans avoir fait le deuil du premier.

La reconstruction différée est la plus courante. Elle se produit de toute façon lorsque le cancer demande un traitement additionnel par radiothérapie ou lorsque la tumeur est volumineuse. Si elle demande une deuxième opération, elle permet aussi de faire le deuil du sein perdu pour mieux accepter le nouveau. Elle est également propice à une meilleure réflexion sur le choix définitif.

Comment se déroule une reconstruction mammaire ?

Une reconstruction mammaire, quelle que soit la méthode choisie, prend plusieurs mois et nécessite parfois plusieurs interventions. En général, elle se déroule en trois étapes :

  • reconstruction du volume ;
  • harmonisation esthétique ;
  • reconstruction de l’aréole et du mamelon.